mercredi 13 février 2008

La première critique signée The Times

Voici les grandes lignes de la première critique de "Filth and Wisdom" signée The Times.
Aujourd'hui, de nombreuses personnes s'attendaient à assister à un échec spectaculaire des débuts de Madonna en tant que réalisatrice. Cependant sa nouvelle carrière démarre sous d'étonnants auspices, sans pour autant réussir à convaincre quiconque qu'elle devrait y renoncer.

"Filth and Wisdom", une comédie barrée, est une célébration de la ragoûtante ethnicité londonienne, et met en scène Eugene Hutz (Andriy) en tant que gypsy ukrainien. Ses jeux avec la caméra sont intenses.

Narrateur du film, il assène au spectateur, face à la caméra et assis dans une baignoire en buvant du whisky, sa morale philosophico-mercantile. "La dualité est partout, l'obscénité et la sagesse sont les deux faces d'une même pièce de monnaie".

Joignant l'acte à la parole, il assouvit les fantasmes sado-masochistes d'hommes mûrs qui le paient pour être cravachés, chevauchés, réprimandés par une institutrice ou un sosie de Margaret Thatcher, lors de saynètes érotiques. Car "la route du succès est pavée d'humiliations" affirme AK, ce qu'illustre le parcours de sa fiancée Holly (Holly Weston). Danseuse classique au chômage, elle surmonte sa pudeur en faisant de sa plastique parfaite son gagne-pain: elle sera strip-teaseuse dans un cabaret.

Ce qui sauve le film c'est sa fine exubérance, et, bien sûr, sa musique. Andriy rencontre un groupe gypsy (Gogol Bordello) palpitant quand il ne punit pas les enfants pour ne pas avoir fait leurs devoirs. Holly Weston, donne à Madonna la possibilité d'utiliser quelques unes de ses chansons préférées. ('Erotica' et une brève danse érotique sur "Hit me Baby one more time" le tube de Britney Spears).

Ceci dit, certaines scènes sont tellement mal jouées, que, si elles n'étaient pas diffusées sur grand écran, elles seraient dures à regarder. Cependant, le moment où Grant fait tomber les livres des étagères et se retrouve sur le tapis, essuyant ses larmes de frustration, est un instant collector, et une des scènes d'humour les plus drôles vue à Berlin depuis des années.

Toutefois, malgré ses nombreux défauts et une fin à l'eau de rose et tellement soignée qu'elle embarasserait Richard Curtis, Madonna peut être fière. Son film a une ambition artistique qui simplement dépasse celle de son mari, le réalisateur Guy Ritchie. Elle saisit à merveille la nature de la chance accidentelle, des croisements de vie. Parler d'envolée serait pousser le compliment un peu trop loin mais "Filth and Wisdom" montre que Madonna a un vrai potentiel en tant que réalisatrice.

Traduction : New Madonna Music

Source : Times Online, 7sur7